L’initiation Archimagistérale

C’est au sein de la Société des Archalchimistes que se trouve le cadre d’accomplissement de l’Initiation aux Mystères de l’Archimagistère, comme c’est en général aussi dans ses murs que mûrissent les expériences propres à l’accomplissement de l’âme qui a reçu l’énergie de cette initiation. Cette dernière est donc autant une introduction aux Mystères de l’Âge de Diamant qui en légitime l’existence et la hauteur vibratoire, qu’elle est aussi au statut au regard de la Noblesse Orthodole, un premier degré d’assermentation de l’âme par rapport à sa représentativité face au monde, ainsi que, pour finir, une forme d’accréditation en rapport, alors que tout ceci ouvre sur la Voie de Réalisation de l’Archimagistère paradigmatique, laquelle, lorsqu’on la parcourt, se transmute en soi-même en l’Archimagistère Initiatique, voie cardinale, primordiale et ultime à la fois, de Réalisation Intérieure, menant vers la Réintégration de la conscience limitée humaine en celle, sans limites, de l’Absolu. Tel est l’Âge de Diamant.

Si donc la Société des Archalchimistes est ce creuset, cet athanor du Grand-Œuvre de l’âme, il est juste d’introduire ce sujet par un aperçu plus profond de ce qu’est, en réalité, le Grand Magistère de la Guilde des Archalchimistes, en tant que la « société » parmi les plus sacrées qui auront vu le jour en ce monde.

La Société des Archalchimistes rassemble les bâtisseurs du nouveau paradigme pour ce monde, axé autour de trois idées forces majeures, elles-mêmes associées à la quête de l’Absolu en soi-même et sa reconnaissance en l’autre, en tout un chacun, en toute chose, en dehors de tout étiquetage conceptuel mental (religieux, sectaire, dogmatique, idéologique, philosophique, traditionnel, historique ou autres), mais en tant que prérequis universel indispensable à toute transformation (transmutation) du monde passant par la propre transformation (transmutation) de ses bâtisseurs :

    1. L’ALTRUISME ET LA GÉNÉROSITÉ, c’est-à-dire l’abandon des buts égoïstes le travail sur l’action personnellement désintéressée car on n’obtiendra jamais les mêmes résultats en travaillant pour soi-même égoïstement au milieu de tous, qu’en travaillant de manière altruiste pour tous, soi-même compris.
    2. LE DISCERNEMENT ET LA LUCIDITÉ, c’est-à-dire l’abandon des illusions le travail sur l’acceptation de réalités qui puissent être dérangeantes, désagréables, inconfortables, voire déstabilisantes, au seul titre que la réalité est la réalité, alors que l’illusion ne l’est pas, tout simplement, car selon l’échelle universelle des valeurs, la vérité est préférable au mensonge et source de bien davantage de grandeurs. Reste bien sûr à savoir ce que l’on veut vraiment entre une vérité qui dérange et une illusion qui rassure. A ce stade, ce n’est ni plis ni moins qu’un choix de vie, donc aussi un destin.
    3. LE COURAGE ET LA DÉTERMINATION, soit l’abandon du non-effort le travail sur la dynamique intérieure en tant qu’énergie « motrice » des réalités que tous les concernés (autoproclamés) sont invités à co-créer selon l’axe d’un pouvoir fondamental rassemblant les deux critères précédents, car ceux qui honorent le sens de l’effort n’ont besoin de personne et sont à ce titre autonomes, donc libres, alors que les autres sont dépendants de ce qui leur est apportés sans efforts de leur part mais contre paiement en nature (essentielle et Humaine), et sont donc à ce titre esclaves de ce dont ils dépendent.

La Société des Archalchimistes est le nom sous lequel sont rassemblées neuf guildes se partageant la force active enclenchant à doses homéopathiques les transformations requises de ce monde, visant globalement la libération des peuples du joug des institutions politiques à vocation esclavagiste, super-administrées par les banques centrales et toutes les personnalités physiques ou morales qui en servent les intérêts au détriment des chances de survie de l’Humanité. Ces guildes sont globalement réparties en divers modes opératoires permettant de diffracter en autant de déclinaisons les moyens permettant l’aboutissement des objectifs de la Société. Ces déclinaisons sont les travaux intellectuels, le service désintéressé à titre personnel, la garde des Mystères de l’Archimagistère dans sa dimension initiatique, le combat et « l’art de la guerre » dans le sens où l’entendait la féodalité japonaise, l’action psychique, la mystique et l’exemple de sagesse qu’elle représente, la créativité et l’inventivité associées à l’harmonie, l’introspection spirituelle et le travail vibratoire sur soi-même, ainsi que la neuvième qui les chapeaute toutes, celle de l’exercice du ministère de la Lignée des Rois Sacrés, inspirant l’ensemble de l’Œuvre.

Pourquoi une “archi – alchimie”?

Pourquoi une "Archi-alchimie" ?

Parce qu’il s’agit de la plus vaste et la plus puissante force de transmutation jamais déployée afin d’enrayer absolument toutes les mécaniques et tous les rouages destructeurs des facteurs corrupteurs, petits ou grands, d’une civilisation humaine. L’objectif clairement déclaré de ce déploiement de force est l’instauration définitive d’une entière civilisation planétaire de paix, d’harmonie, de sérénité, de prospérité, de chance et d’évolution de tous, de respect, et de bienveillance entre tous, érigée par et sous la supervision d’une autorité bipolaire primordiale représentés par deux incarnations de l’Absolu : le « Couple Sacré », pleinement conscient de sa nature et de son impérieux devoir face à une Humanité sur laquelle faire impérativement prévaloir l’inspirante Loi de l’Amour-Force, de la Compassion-Force, et de l’Humilité-Force, exercée en effet sur toutes les formes prises par le Vivant, qu’il soit Humain, ou animal, végétal ou même minéral, lequel est si souvent oublié. Les représentants du « Couple Sacré », d’incarnations en incarnations successivement habités par les mêmes hautes consciences d’Absolu au sein de leurs propres lignées sacrées respectives, seront éternellement les prôneurs, les garants, mais aussi et pour tous les exemples vivants de ces valeurs et de ces vertus dont ils seront l’incarnation-même, face à la Terre entière. Il s’agit-là de l’œuvre la plus vaste qui ait jamais été entreprise en ce monde comme sur aucun autre. Elle ne se fera pas en trois jours, mais elle sera instaurée pour 85% au moins en 2045 au plus tard, et commence… aujourd’hui, à l’aube extrêmement proche du basculement de la civilisation de l’ancien vers le nouveau paradigme de l’Âge de Diamant Orthodol, comme chaque jour et pour le reste de ce qui en restera à jamais à en parachever, elle commencera « aujourd’hui » chaque jour naissant pour le reste de l’éternité et tellement au-delà encore, quand bien même l’esprit de quiconque serait bien incapable de le concevoir.

Il n’est pas si simple de comprendre, a priori, le caractère absolument essentiel à l’équilibre de cette Humanité, du travail entrepris par ces serviteurs de la cause de la justice et de la liberté pour l’Homme, l’animal, le végétal, et le minéral, d’autant plus lorsque le jugement et le bon-sens collectifs sont considérablement obscurcis par le fanatisme anti-secte aveugle induit par le système lui-même à l’égard de tout ce qu’il ne peut contrôler ou feint de ne pas contrôler, afin d’inciter la population à la haine et donc à la peur dirigées à l’encontre de tout ce qui pourrait lui venir en aide, donc à l’encontre de tout ce qui échappe au pouvoir institutionnel, incitant tout un chacun à se réfugier dans les facteurs d’abrutissement de la conscience, résultat d’une programmation collective visant l’acceptation par le plus grand nombre du prêt-à penser officiel la plus inconditionnelle possible (sans d’ailleurs porter quelque jugement envers quiconque fait l’objet de cette incitation à la haine). Cette programmation est tellement profondément enfouie dans la conscience collective occidentale qu’elle fonctionne pour ainsi dire en roue libre sans avoir plus de réel besoin d’être alimentée par les médias, à peine entretenue de temps à autre pour faire face à la facilité d’oubli que recèle la nature Humaine, du moins dans son expression actuelle.

La valeur de l'engagement

Certaines âmes ont en revanche accepté de s’incarner pour participer à ce combat sur elles-mêmes pour le monde, connaissant l’enjeu, et acceptant de faire d’elles-mêmes le laboratoire de leurs expériences et finalement de leurs travaux de transmutation de cette Humanité, encore trop enfermée dans l’exiguïté de son étroitesse mentale et amoureuse de ses propres chaînes rassurantes, comme des forces d’illusions qui les alimentent, et de son karma qui les resserrent. Ces opérations transmutatoires endogènes d’abord, puis exogènes ensuite, entreprises par une poignée d’individus analogiquement représentatifs de l’Humanité elle-même et qui lui sont liés à ce titre en termes de responsabilités et de conséquences quant à leur propre expression, a pour fondement et objectif de la faire renaître à la condition de population planétaire ouverte vers de nouveaux horizons intérieurs empreints de liberté vraie, ouvrant sur tout le champ du possible de l’univers, aussi vaste soit-il, et ayant pour pivot inébranlable l’idéal d’Unité, mais aussi la valorisation de la diversité, et concrétisé à tous les niveaux de la société des Hommes copartageant ce monde qui leur est prêté, à part égale avec les femmes, où les divisions et les oppositions conflictuelles seront alors reléguées au rang de crimes contre l’humanité, implacablement réprimées, et sévèrement sanctionnées, si tant est qu’à ce stade prochain il y ait encore assez de monde pour souhaiter vouloir instaurer ou alimenter ces conflits.

Vision utopique ? Bien sûr, et fort heureusement ! Car : « Sans utopie, aucune activité véritablement féconde n’est possible » (Mikhaïl Saltykov-Chtchedrine, 1826-1898). Nul changement, nul progrès, nulle réforme des connaissances et des consciences n’aurait jamais vu le jour en ce monde sans les rêveurs, les utopistes, les audacieux auxquels sourit la chance paraît-il. Nous, nous ne rêvons pas. Nous déployons les arcanes de la science Archimagistérale, nous appuyant sur l’égrégore ô combien puissant de ces utopies, afin d’œuvrer à la transformation attendue et nécessaire de notre monde et le faire éclore à une toute autre condition, radicalement différente de celle qu’elle aura toujours été, tant de mémoire d’Hommes qu’ignorée ou oubliée. Ce n’est d’ailleurs pas parce que quelque chose n’aurait jamais eu lieu qu’il serait impossible qu’elle se produise, surtout lorsqu’il s’agit de la seule et unique condition de sauvegarde de l’ensemble, sinon rien en ce monde ne serait jamais né au-delà des fin-fonds de l’âge de pierre tel que nous le concevons.

Les rangs de la nouvelle Noblesse

Il est d’une indubitable évidence que cette société d’Archalchimistes n’est pas destinée à tout un chacun, mais aux seules âmes ayant fait envers et contre tout le choix de cultiver en elles les plus hautes valeurs ; envers et contre aussi les incitations à tout le contraire orchestrées parfois même sous la menace par les prédateurs du genre Humain reléguant ces qualités d’âme au rang du ridicule, de l’infantilisme, et de la faiblesse. C’est parce que l’évidence-même place de soi la noblesse à l’opposé de ce qui est vil, que cette noblesse ne peut que représenter la valeur des vertus fondamentales telles la bienveillance, l’amour, la compassion, la générosité, conduisant au bonheur et à la joie pour tous à commencer par soi-même. Cette logique inclut de fait la culture pour tous des chances égalitaires de les acquérir à titre inclusif et non exclusif au détriment d’autrui, et résument en somme la grandeur d’âme, et non la malveillance, la haine, l’indifférence, la rapacité et la dépossession d’autrui pour son enrichissement personnel, semant le malheur et le désespoir autour de soi dans une expression calculatrice inégalitaire, ce qui est aujourd’hui la marque indélébile des gens sérieux et dignes de respect, tant de la part de ceux qui les inspirent dans l’ignominie, que de la part de ceux que leur ignominie inspire, ou encore qui sont ainsi maltraités en tant que leurs inférieurs. C’est parce que ce qui est noble est hors du champ corrupteur de la vilenie et également pur quant à l’enracinement du Cœur de l’Homme dans la Lumière de l’Absolu, que la seule noblesse qui puisse être autorisée à exister encore est celle qui en est le reflet sincère et réel. C’est ainsi qu’une nouvelle Noblesse doit transcender et prendre le pas sur la pseudo-noblesse de sang, noblesse décadente, corrompue, pervertie, menaçante et dédaigneuse, reléguée, elle, au seul reflet obscur et dégénéré de ce qu’elle est censée signifier dans un idéal perdu depuis longtemps si tant qu’elle lui ait jamais fait honneur un jour. Cette Noblesse éclairée ne peut que rayonner par l’exemple les vertus qu’elle incarne et auprès de laquelle tout un chacun saura qu’il pourra prendre refuge avec assurance et confiance. Elle doit pouvoir être immédiatement reconnaissable afin que les regards se dirigent vers elle dans le même esprit par l’intermédiaire de ses représentants, suscitant en chacun qui en serait témoin, peut-être, le désir de rejoindre ses rangs par l’exemple que ses membres auront su leur donner. Cette Noblesse, en tant que Noblesse d’âme, Noblesse des cœurs purs et des esprits clairs et bienveillants, sera la seule qui fera désormais comme à tout jamais, autorité en ce monde comme en les autres, et dont les titres ne pourront être accordés que par les seuls représentants emblématiques de cette même Noblesse de la Conscience de l’Absolu: le Hiérodarque élevé au rang de Hiérégal de la Lignée éternelle des Rois Sacrés, ainsi que l’Adishaloriss, la « Reine Immaculée », formant le Couple Sacré, incarnation bipolaire de l’Absolu, au bienveillant service de l’Humanité et dans le but de la hisser, elle aussi, tant collectivement qu’individuellement pour finir, vers la condition Divine qui est la sienne, ce qu’on lui aura consciencieusement fait oublier. C’est à ce titre que cette vaste entreprise transmutatoire de la civilisation Humaine ne connaîtra jamais plus de fin, enfin débarrassée de ses agents contaminateurs, corrupteurs, et prédateurs !

Seules sont aptes à rejoindre la Société des Archalchimistes les âmes également préparées (même dans les tréfonds de l’inconscience) à rejoindre les deux Avatars dont celui de la Lignée des Rois Sacrés (ayant donné lieu à la légende du « Grand Monarque », récupérée comme tous les autres mythes), comme à rejoindre aussi de ce fait les courants d’évolution de toutes les consciences de ce monde et des autres au même stade d’évolution que lui à l’infini, dans un vaste alignement d’influences et de forces spirituelles faisant changer de tonalité la Création entière, donc aussi celle de tout un chacun, même en sa propre intimité. La Société des Archalchimistes est le cœur opératif de l’Archimagistère, alors que l’Archimagistère est le nouveau paradigme de ce monde lui-même, en tant que formalisation de la civilisation planétaire de ce monde: le nouveau Royaume de Terremère-Gaïa en son irréversible Âge de Diamant Orthodol, du moins jusqu’au dernier instant de son temps de vie.

Celle et celui qui est à l’écoute de son cœur d’abord, posant les bonnes questions ensuite, saura trouver le chemin auquel il s’est destiné avant même sa venue dans l’incarnation. L’appel est lancé. Ceux qui ont souhaité l’entendre un jour le percevront assurément. Certains l’ont déjà fait. Les assoiffés d’Absolu sauront trouver la source à laquelle s’abreuver puisqu’elle s’écoule librement à présent, au mépris de l’erreur, du mensonge, et des faux-semblants, quelle que soit la route qu’ils se seront choisis afin de continuer à avancer, encore et toujours, jusqu’à ce qu’enfin ils acceptent de se rencontrer eux-mêmes, et de même alors de rencontrer aussi chacun en eux-mêmes, comme de se rencontrer eux-mêmes en tout un chacun.

Pour aller plus loin dans ce sujet : La Noblesse impervertible de l’Âge de Diamant

L'engagement dans la participation à l'Œuvre Sacrée

Aux bâtisseurs dans l’âme, aux âmes éprises d’équité, à ceux qui attendent que sonne leur heure afin d’entrer dans le sillon sacré tracé dans la terre de ce monde comme dans l’inconscient collectif de notre Humanité ; à ceux qui envisagent une initiation aux Mystères Archimagistéraux, et/ou une admission au sein de la Société des Archalchimistes afin de prêter sur eux-mêmes d’abord, puis sur le monde ensuite, leur concours à l’effort de guerre mené en vue de la libération de notre monde des forces de l’anéantissement d’une part, mais aussi et surtout à présent en vue de sa reconstruction harmonieuse, prospère, et équitable, la possibilité leur est donnée de pouvoir trouver une réponse, une direction, ou même l’accomplissement d’une destinée, car ceux qui attendent l’Archimagistère savent qu’il ne peut exister d’équivalent nulle part ailleurs ; à ceux aussi qui aimeraient mieux comprendre les arguments qui précèdent, la direction vers leurs réponses attendues est désormais ouverte.

Si vous êtes dans l’un ou l’autre de ces cas, vous trouverez ci-dessous un PDF à télécharger. Ce document vous permettra de prendre conscience de votre propre positionnement par rapport aux idéaux dont la Société des Archalchimistes se fait le chantre incorruptible, mais attention, cette voie n’est ouverte qu’à ceux dont l’esprit lui ressemble ! En fonction de ce même positionnement intérieur, votre intuition faisant le reste, vous saurez dès lors ce qu’il vous faut rechercher et suivre ou ce qu’il vous faut fuir, mais à tout égard nul ne pourra rester tiède, chacun devant choisir son camp en ces temps de la récolte de tout, absolument tout ce qui aura été semé au sein d’un passé désormais entièrement révolu transmuté, lui aussi.

Nous mettons donc ici à votre disposition, dans une optique plus mystagogique, ce document faisant la présentation aussi exhaustive que possible de la Société des Archalchimistes et de la notion de « Hiérodarque » en tant pivot central de l’Initiation aux Mystère de l’Âge de Diamant, en faisant de même la seule autorité à même de se porter garante de l’évolution du monde, évolution  spirituelle, individuelle et collective, en tant qu’axe fondamental de l’Amour-Force, de la Compassion-Force, de l’Humilité-Force, de la cohérence et de l’idéal d’Unité dans une vision holistique de notre monde, en passe d’accéder à la concrétisation d’une révolution paradigmatique majeure ayant été initiée le 21 mars 2015, en tant que seule et unique chance d’échapper à sa destruction voulue par l’élite au pouvoir.

"Société des Archalchimistes et Hiérodarque"

Veuillez prendre note qu’aucune demande d’initiation ne peut nous être adressée, du moins le cas échéant, avant la lecture attentive et l’approbation de principe de ce document.

7è édition révisée du document

IMPERATIF

Qui peut se prétendre initiateur et qui peut se porter candidat à recevoir une initiation ?

La Guilde des ArchalchimistesL’existence même d’une authentique initiation dans la vie de quelqu’un est une chose étrange en soi. On peut passer sa vie à la chercher sans la trouver, ou n’y avoir jamais pensé et pourtant se la voir offrir sans avoir rien demandé. Le fait est que ça n’est jamais un événement anodin. En somme, on est initié lorsqu’on est intérieurement prêt à l’être, qu’on le sache ou non, et jamais, jamais avant, en aucun cas.

C’est l’une des choses de la vie qu’on ne peut forcer, à moins que la valeur de l’initiation attendue soit suffisamment moindre pour qu’elle n’ait aucune incidence prépondérante dans la vie (excepté celle qu’on lui accordera arbitrairement bien sûr), au quel cas on pourra presque la trouver dans l’annuaire du téléphone, ou du moins aussi facilement que le bistro du coin.

Il est d’ailleurs particulièrement formateur d’attendre longtemps avant de la recevoir si on la recherche vraiment car cette attente permet de développer l’acceptation et les tensions de la volonté qui seront très utiles le moment venu, autant que la résistance à l’avidité, à l’impatience, à l’énervement. Cette attente est très souvent un passage initiatique en soi. Celui qui s’impatiente ou s’énerve, ou même désespère, ne sera jamais reçu et jamais les événements ne feront en sorte qu’il puisse trouver ce qu’il cherche, du moins jusqu’à ce qu’il ait corrigé ces faiblesses. Ce n’est pas du sadisme, ni de la part de la vie ni de celle de l’initiateur. Un initié atteint de telles caractéristiques mettrait plus d’une fois sa vie et celle d’autrui en danger. Un rapport de haut vol avec des forces non-négligeables ne représente ni un jeu divertissant, ni un passe-temps destiné à tromper l’ennui, et encore moins une bonne occasion de faire enfler son ego. N’oublions pas que les récipiendaires des Mystères d’Eleusis en Grèce par exemple, et en Egypte à Memphis pour les deux écoles les plus prestigieuses de l’Antiquité, faisaient leur demande d’admission auxdits Mystères, au péril même de leur propre vie, si tant est qu’ils furent acceptés, ce qui était loin d’être systématiquement le cas. Toute avancée que nous paraisse notre actuelle civilisation humaine, nous faisons bien pâle figure devant nos ancêtres lointains, comme devant nos futurs descendants, tout aussi lointains.

Un initié doit être impérativement averti, du moins autant que possible tant en termes de communicabilité qu’en termes de compréhension, de tous les aspects de la voie qu’il a choisie. A ce niveau un minimum est requis. Il doit s’être préparé après avoir mûrement réfléchi, et si possible avoir surtout médité ce sujet. Il doit adopter la disposition d’esprit adéquate et se sentir capable d’assumer émotionnellement son choix. Il doit également s’engager moralement à poursuivre dans cette voie afin d’éviter des revirements constants dans ses décisions, et avoir à ce titre affermi sa stabilité intérieure. En principe, il n’est pas question de choisir à la légère, et encore moins en totale irresponsabilité.

Le récipiendaire à une initiation authentique doit d’ailleurs prononcer en principe des serments en rapport avec l’engagement qui y est associé, afin de le sceller, preuve qu’il ne l’aura pas pris à la légère. Il doit également s’engager, et ce détail n’est pas le moindre, à s’astreindre au plus absolu SILENCE sur tout ce qu’il sera amené à vivre dans le contexte initiatique qu’il va ainsi pénétrer, c’est-à-dire autant sur ce qu’il verra, entendra, et fera, que sur ce qu’il comprendra, apprendra, et ressentira. Il doit en outre prendre conscience que ce privilège lui confère cependant bien moins de droits que de devoirs.

Quant à lui, l’initiateur qui a l’autorité nécessaire au fait de choisir son impétrant (nous ne parlons pas ici de celui qui est chargé de conférer l’initiation sur ordre d’une autorité qui lui est supérieure), doit être à même de reconnaître le moment adéquat pour proposer une initiation, et donc très bien connaître (de façon intellectuelle, éventuellement, mais surtout intuitive) le récipiendaire qui se présente à lui, et qui, peut-être, s’ignore encore. Il doit être libre de tout sentiment et de toute émotion à ce propos, autant que des « enflures » d’un ego qui n’aurait pas encore disparu, comme doit-il être aussi insensible à tout sentiment d’appropriation. Le Maître authentique, si l’initiateur le devient pour son initié, ne le sera que face à sa capacité à en être aussi le serviteur, tout Maître qu’il soit. Il doit savoir ne se faire influencer en aucune manière, par quoi que ce soit ou qui que ce soit. Il doit être une aide pour celle ou celui qu’il aura initié(e) et s’engage, de façon juste, à fournir cette aide jusqu’à ce qu’ensemble, son initié et lui-même, parviennent à la conclusion que cet engagement peut être rompu, l’initié ayant suffisamment avancé dans la voie, ou, pour les initiations de grande envergure comme c’est le cas de l’initiation Archimagistérale, jusqu’à la pleine Réalisation spirituelle de l’initié, si du moins l’initiateur est lui-même, au minimum, un Réalisé.

En outre, il est capital de conserver à l’esprit que si un initiateur est AUTHENTIQUE, il doit receler en lui, mais également pouvoir extérioriser, l’énergie qui lui faudra transmettre au récipiendaire. Bien sûr, l’initiateur devra impérativement le vouloir également. Rien au monde ne pourrait l’y contraindre et espérer en obtenir des fruits. Enfin, au regard des responsabilités écrasantes que ceci suppose, croyez bien qu’il faille également oser la dispenser. Toute autre circonstance ne ferait d’une séance appelée « initiation » qu’une mascarade théâtrale destinée, d’un commun accord, à seulement frapper l’imagination de ses différents protagonistes.

Que celui qui, pour la première fois et hors d’un contexte égrégorique, délivre une initiation à un récipiendaire dans les conditions adéquates, sache la responsabilité qu’il prend au regard de son « élève » et au regard de la Vie car s’il n’y prend garde, il risque de s’enchaîner à ce dernier et d’être karmiquement rendu responsable du moindre de ses faits et gestes, et d’attirer sur lui des foudres karmiques dont il n’a pas idée, sans parler de chocs en retours catastrophiques. Une fois encore il ne s’agit pas d’un jeu.

Le Cénacle Initiateur

Hormis le Hiérodarque lui-même (l’Adishaloriss faisant exception à ce propos), il existe un petit groupe d’initiés qui ont reçu de lui le pouvoir de conférer la première initiation, dite « au Blanc ». Ils constituent ce qui est est appelé « le Cénacle Initiateur ». A l’heure actuelle encore, le Hiérodarque les confère lui-même, mais dans l’avenir relativement proche il est prévu de confier cette tâche aux membres de ce Cénacle, soit au lieu en principe consacré aux cérémonies en rapport, mais également, en cas de la rencontre de quelque problème de mobilité pour l’impétrant(e), voire pour l’initiateur lui-même (initiateur ou initiatrice sans distinction de valeur), soit en un lieu rendu proche du lieu de résidence de l’impétrant(e) et consacré à cet effet.

Une telle initiation est TOUJOURS conférée au nom du Hiérodarque et par son énergie propre, JAMAIS au nom de l’initiateur lui-même lorsqu’il n’est pas le Hiérodarque en personne, ni sous sa responsabilité personnelle. Néanmoins, même dans ces circonstances, une initiation régulière par de tels initiateurs dûment autorisés, recèle une valeur strictement équivalente à celle qui serait conférée par le Hiérodarque lui-même dans la mesure ou ils ont reçu de ses mains, l’initiation leur en conférant l’autorité en son nom, dans les conditions requises à cet effet.

Pour davantage d’informations relatives à ce cénacle et à ses membres, nous vous invitons à vous rendre sur la page  Le Cénacle Initiateur 

Mise en garde

Il est clair qu’une telle voie de Réalisation de soi, car s’en est effectivement une, n’est pas facile, très loin de là. Rien ne naît de bon ni de pérenne de ce qui est facile. La facilité est un poison pour l’âme. Elle rend inapte au combat, inapte à la liberté, inapte au bonheur, à l’équilibre, à la joie, puis inapte à la vie. L’Archimagistère est la voie de tout une vie, voire de nombreuses vies. Certains aussi font l’effort de la patience, l’effort de l’ascèse des répétitions de mantras (ne serait-ce que celui du son « OM » par exemple), l’effort même de la courtoisie et de l’amitié, voire l’effort de l’obséquiosité et de la fausse humilité, afin de pouvoir être introduits au plus loin possible dans nos rangs dans le but de pouvoir corrompre les faibles qui s’y trouvent déjà et nous nuire au maximum de leurs possibilités. Ce fut malheureusement la réalité d’un temps, mais peu importe.

Si le candidat à l’Initiation est sincère dans son positionnement, et qu’il souhaite réellement rejoindre les forces vives de ce combat pour l’instauration et le maintien, comme l’évolution définitifs du nouveau paradigme, nos portes lui sont potentiellement ouvertes. Néanmoins il fera l’objet d’une étude minutieuse avant sa possibilité d’accès à nos rangs, afin que nous puissions estimer, non pas la valeur de son potentiel (chacun a le sien et en ce sens chacun est précieux), mais la valeur de l’adéquation entre son destin, son chemin de vie, son aspiration réelle à exprimer au quotidien le sens de nos valeurs-mêmes, avec la voie de cheminement que représente l’Archimagistère Initiatique en tant que voie de Réalisation, donc au moins de cheminement éclairé, d’où qu’il vienne, quelle qu’aient été ses expériences en cette vie ou en d’autres, et quelle que soit son positionnement actuel réel pourvu qu’il soit sincère.

L’épreuve initiatique est obligatoirement au rendez-vous, non seulement à l’entrée, mais aussi durant toute la vie de l’Initié le cas échéant. La vie devient dès lors une telle épreuve, celle de la conscience. La vie n’offre JAMAIS aucune garantie en rien. Nous non plus. La seule et unique garantie de l’impétrant sera toujours la Présence de l’Absolu en lui à moins de faire comme certains l’ont déjà fait : utiliser, instrumentaliser cette Présence, pour justifier le fait de faire n’importe quoi, jusqu’à aller à se déshonorer tout en se convainquant lui-même de son bon droit et de son sens de l’honneur. Il s’agit également d’une voie de haute responsabilité, sous-entendant qu’il soit prêt à assumer entièrement, sans close suspensive, les conséquences de ses choix, de ses paroles, de ses actes, de ses gestes, de ses pensés même, alors que ladite voie est également une école de maîtrise de soi, là où prend naissance la « Magie Initiatique » en tant que maîtrise de sa nature propre. Nous avons l’habitude de dire que si l’on n’est pas maître de soi, quelqu’un d’autre ou quelque chose d’autre le sera à notre place. Telle est la gageure.

Sollicitation de l'Initiation Archimagistérale

Il faut mettre en évidence deux aspects aujourd’hui possiblement bien distincts l’un de l’autre quant à cette question :

    • l’Initiation elle-même à recevoir,
    • l’intégration de la Société des Archalchimistes.

Il y a quelques années, l’Initiation était systématiquement assortie d’une telle intégration, à l’image de nombre d’organisations d’ailleurs. Par exemple, il ne viendrait aucunement à l’idée de quiconque sollicitant une initiation maçonnique, de souhaiter ne pas intégrer la loge une fois celle-ci conférée. C’est le but même de l’initiation que d’être permis à une telle introduction. Dans ce cas de figure précis, il s’agit d’un rite de passage, parce qu’il s’agit d’une initiation au sens surtout symbolique du terme. Dans le cas de la Société des Archalchimistes aussi, mais pas seulement. La raison en est fort simple : l’Initiation n’est pas celle à la Société des Archalchimistes, mais à l’Archimagistère lui-même. Ce dernier n’est aucunement limitée par les Archalchimistes qui la constituent en partie puisqu’elle est une énergie, une conscience même, en bonne et due forme, une présence universelle, LE paradigme nouveau.

Ainsi donc, le récipiendaire recevant l’Initiation est amené à faire son choix. Soit il repart comme il est venu mais avec le bénéfice de cette initiation qu’il sera venu chercher, charge à lui de la faire croître en lui selon le chemin de vie qu’il se choisit chaque jour de sa vie, soit il intègre la structure égrégorique des Archalchimistes. Ensuite, libre à chacun de s’engager personnellement dans l’œuvre entreprise par « Le Grand Magistère » lui-même, sous la direction de la Hiérodarchie, conformément à tous les préceptes propres à l’Archimagistère dont il est le plus pur ambassadeur collectif. Le fait de ne pas intégrer le rang des Archalchimistes peut aussi représenter une conditions propre à l’initiation, notamment dans les cas où l’effectif total des sièges disponibles des Archalchimistes soit déjà pourvu au complet. Ce statut peut éventuellement représenter une situation intermédiaire dans l’attente qu’un siège se libère éventuellement, mais nous sommes encore loin de ce cas de figure précis au caractère somme toute exceptionnel. Globalement l’enjeu est donc double. D’une part il s’agit d’une école de transformation intérieure appelant un travail assidu sur soi-même (ORA), et d’autre part, mais ensuite seulement, d’un laboratoire de contribution à la transformation du monde pour le meilleur de son destin possible dans le désintéressement personnel une fois encore (LABORA). Néanmoins ce choix de l’introduction au sein des rangs des Archalchimistes n’est désormais possible qu’à titre strictement conditionnel. Nous ne pouvons en dire davantage ici et maintenant.

Il est néanmoins d’une importance capitale que la motivation à l’origine d’une telle demande d’Initiation, repose sur une aspiration noble, pure, authentique… et forte. L’Archimagistère est une voie d’engagement et d’héroïsme face à l’éternelle perpétuation d’un combat non-violent et paisible mais infiniment déterminé.

Pourtant, aujourd’hui seule et unique voie de synthèse authentique (pour l’instant, dans l’espoir que d’autres naissent), acceptant inconditionnellement tous les courants à condition qu’ils soient sincères, non-aliénants, non-fanatiques ni exclusifs, et ouverts tant aux autres courants qu’à l’évolution de la nature humaine dans le sens de sa nature spirituelle libre, pour celles et ceux qui pourtant persisteraient dans leur démarche visant une telle Initiation au vu de l’adéquation rencontrée en eux avec ce qui vient d’être énoncé, la Voie Archimagistérale est ouverte au large à toutes les âmes nobles et sincères, comme aussi à toutes les âmes qui ne le sont pas, plus ou pas encore, mais qui aspireraient sincèrement à le (re)devenir. En somme, être Archalchimiste est la concrétisation d’un destin, et nous laissons au Plan de l’Absolu, le choix des armes afin de mener les âmes à leur source, et faire patienter celles pour lesquelles l’heure n’a pas encore sonné.

A celles et ceux qui persisteraient dans leur aspiration à solliciter une telle Initiation, attirés par les idéaux et les vertus, les objectifs évolutifs et la droiture de la Noblesse Archimagistérale, sentant en eux l’adéquation de la voie proposée avec leur propre sens des valeurs, toute liberté est laissée de la choisir en tant que modèle souple et reproductible sur base de laquelle cheminer pour cette vie, toute ou en partie, et de s’en faire les silencieux exemples. Si nul n’est à proprement parler invité à rejoindre la Société des Archalchimistes (sa démarche étant à l’opposé total de quelque forme de recrutement que ce soit, tout au contraire), nul n’est non plus en rien retenu de quelque manière s’il souhaite poursuivre sa route sur d’autres voies. La Société des Archalchimistes n’a aucune forme d’intérêt à gonfler ses rangs. Elle n’exige le versement d’aucun montant de cotisation, ni quelque forme de paiement non plus, bien que certains ont donné parce qu’ils le pouvaient et le trouvaient légitime, selon leur appréciation personnelle, afin de contribuer aux possibilités matérielles de la confrérie, durant les temps où c’était requis.

Si la saine curiosité devait vous pousser à souhaiter en savoir davantage à son sujet que les réponses apportées dans le document « Société des Archalchimistes et Hiérodarque », nous avons souhaité mettre à votre disposition un autre document permettant un autre point de vue, plus initiatique, plus intime en quelque sorte, sur le Grand Magistère de la Guilde des Archalchimistes. Bien que sa lecture puisse parfaitement demeurer simplement cognitive, les aspirants à une Initiation Archimagistérale seront satisfaits de savoir que sa lecture est l’étape obligatoire par laquelle leur cheminement vers elle devra s’effectuer.

"Voix Archimagistérale et Initiation"

Outre son aspect documentaire, si vous envisagez une initiation, ce document est à ce stade l'unique porte qui vous y mènera.

suivez-la